Bibouille

Tant va la cruche à l’eau…

Publié le 11/01/2018 | Billet d'humeur

TANT VA LA CRUCHE A L'EAU

Je sais rarement à l’avance ce que je vais raconter. De quoi va parler mon prochain billet.
Ce n’est qu’au moment de l’écrire, de m’y plonger que me vient l’idée.

En réalité il s’agit souvent d’une envie plus que d’une idée. Une envie de témoigner, de me livrer, de partager. Et ce soir c’est de colère dont je suis animée.

En colère contre les cons. Contre ceux qui ne respectent rien ni personne. Les médiocres, les pathétiques, les sans scrupules. En colère contre les fourbes, les manipulateurs, les menteurs. En colère contre une personne pour laquelle j’ai récemment travaillé.

J’aurais dû m’écouter. J’aurais dû les écouter, mes collaborateurs qui se méfiaient d’elle. J’aurais dû l’écouter, elle, qui sans gêne aucune parlait si mal à ses employés. D’ailleurs, elle l’avait évoquée cette idée : peut-être qu’un jour c’est avec moi que vous ne voudrez plus travailler. Mais j’y suis tout de même allée.

Je ne me suis pas écoutée. Je n’ai écouté personne, et pour elle j’ai travaillé. Pas longtemps. Heureusement. Je me suis investie, j’avais envie que tout soit réussi. Et puis un jour il y a eu des tensions, une incompréhension. Mes collaborateurs m’ont dit : laisse tomber, c’est un vrai boulet. Mais moi je voulais parler, peut-être même me fâcher s’il le fallait, mais je tenais à ce que ce soit réglé.

Passé cet épisode, les rapports (de force) ce sont pacifiés et nous avons poursuivi notre collaboration sur des bases que je pensais plus saines. Mais les impayés ont commencé à s’accumuler. Un mois, deux mois… quand comptez-vous me régler ?

Finalement elle n’a toujours pas régularisé, et sans doute ne le fera t-elle jamais. En revanche elle s’est empressée de récupérer les boulots déjà faits… si des fois j’envisageais de lui saboter ce qu’elle n’a pas eu la décence de payer. Quel esprit tordu, quelle vision au rabais !

Alors ce soir j’ai envie de lui dire de se méfier. Qu’à force de prendre les gens pour des imbéciles, eux finiront par lui régler ses comptes, lui faire payer la note. Que la perfidie n’est pas un pilier du succès. Qu’il serait bon qu’en cette nouvelle année elle gagne un peu en humilité et en humanité.

J’en profite aussi pour remercier toutes ces personnes avec qui je collabore depuis de longues années. Non sans conflit (ponctuels) mais toujours dans le respect. Sans doute notre recette de longévité.

Et enfin, je vous souhaite à tous une très bonne année. Une excellente santé… et de belles relations riches et basées sur le respect.

média article billet VD

Partager cet article  

Mais encore

Une partition mouvementée

Après avoir essayé de vous convaincre de mettre vos enfants au repos, le professeur s’intéresse de plus près au mot…

Une partition mouvementée

22/09/2014 | Billet d'humeur
Des comptines belles et rebelles

Quand la folie du politiquement correct aura transformé notre monde en champ aseptisé et les enfants en produits pasteurisés, le…

Des comptines belles et rebelles

06/06/2014 | Billet d'humeur
L’urgence de ne rien faire

Les vacances s’accompagnent de l’entrée dans un espace-temps bien particulier, propice au « rien faire ». Le professeur s’intéresse –…

L’urgence de ne rien faire

05/08/2014 | Billet d'humeur
Un trop plein de réalités ?

  Nous sommes fin décembre et à la différence des autres années je n’éprouve ni réelle excitation ni soulagement à…

Un trop plein de réalités ?

26/02/2016 | Billet d'humeur
La nostalgie tarifiée

Depuis pas mal de temps, le Professeur Ouille se demande ce qui pousse notre société à survaloriser un passé abusivement…

La nostalgie tarifiée

30/12/2014 | Billet d'humeur
Questions de fille(s)

L’édito de Valérie Dietrich Paru dans Bibouille #68   Depuis ma sortie de cette période de l’enfance où je me…

Questions de fille(s)

19/05/2015 | Billet d'humeur
Infantilités croisées

Sites Internet, médecins, télévisions, affichages urbains, supérieurs hiérarchiques… Ce coup-ci, le Professeur avoue qu’il n’en peut plus de voir et…

Infantilités croisées

11/03/2015 | Billet d'humeur
Tous ces « faut-il ? »

En matière d’éducation, il est toujours dangereux d’écouter la parole d’un professeur, aussi Ouille fut-il. Car élever des enfants revient…

Tous ces « faut-il ? »

21/11/2014 | Billet d'humeur