Bibouille

L’ART, C’EST CE QUI REND LA VIE PLUS INTÉRESSANTE QUE L’ART

Publié le 03/09/2020 | Grand angle

Robert Filliou

 

Pour le grand retour de la saison culturelle, Bibouille vous propose d’aborder, via des grandes pistes de réflexions, notre place en tant que public, pour peut-être approfondir, augmenter ou donner une autre dimension à notre rapport à l’art et la culture.

 

À TOI MON PUBLIC

C’est quoi le public, en fait ?

Choisissez un mot, ou plusieurs, ou tous, pour vous dé- finir quand vous êtes en train de regarder un film au ci- néma, de visiter une exposition, d’écouter de la musique en concert, d’assister à un spectacle… Utilisez-vous dif- férents mots selon ce que vous êtes en train de faire ? Avez-vous du mal à choisir ? Quelle démarche se cache derrière chaque mot et sa définition ? Les catégories font-elles sens, vous baladez-vous entre elles ? Un exer- cice pour se poser des questions et peut-être trouver des réponses.

 

LE SPECTATEUR ÉMANCIPÉ, RANCIÈRE

Jacques Rancière est un philosophe français qui travaille principalement sur la politique et l’esthétique. La revue ETC l’interviewe sur le sujet du « partage sensible », titre d’un de ses ouvrages. Il revient notamment sur un autre de ses livres : « Le spectateur émancipé ». Nous vous proposons ici quelques mises en perspective.

VOUS AVEZ DIT POPULAIRE ?

Jacques Rancière s’est notamment spécialisé sur le XIXème siècle, ses utopistes et l’émancipation ouvrière. Il rappelle ainsi qu’au XIXème siècle, il y a eu tout un débat sur la poésie ouvrière. Les ouvriers devaient produire des chansons populaires, et ils ont au contraire produit des alexandrins, pour affirmer une égalité dans la jouissance des mots. Un exemple qui n’est pas sans écho avec le débat d’un art populaire et l’accessibilité à la culture.

ORGANIQUE

Malgré de très belles initiatives culturelles virtuelles (visites de musées sur internet, concerts en streaming vidéo… ), la période de confinement nous a rappelé l’importance des corps, ces corps qui se réunissent dans une salle, des couloirs, un festival, des gradins, pour partager une expérience. Jacques Rancière rappelle ainsi que « Le corps est l’échangeur entre les formes de l’art. Il est sûr qu’entre les formes plastiques et les formes des arts de la performance, le corps est le point de rencontre, le point central et que les échanges passent nécessairement par lui. »

Il y a autant de corps qu’il y a d’artistes et de spectateurs, la rencontre physique est nécessaire et obligatoire que ce soit entre l’artiste et l’oeuvre qu’entre le spectateur et l’oeuvre.

UNE FORÊT DE SIGNES

Il y a dans l’art contemporain comme un gouffre qui sépare les personnes travaillant dans le domaine de l’art des per- sonnes qui viennent visiter une exposition. Qui ne s’est jamais senti un peu bête devant un ta- bleau d’art abstrait ou d’art brut ? Le philosophe ramène les choses à leurs racines : « De cet ignorant, épe- lant les signes, au savant qui construit des hypothèses, c’est toujours la même intel- ligence qui est à l’œuvre, une intelligence qui traduit des signes en d’autres signes et qui procède par comparaisons et figures pour communiquer ses aventures intellec- tuelles et comprendre ce qu’une autre intel- ligence s’emploie à lui communiquer. » S’inspirant peut- être de Baudelaire et de son « homme qui se promène dans une forêt de symboles », Rancière fait part ici d’un point central de sa réflexion : l’égalité des intelligences. Alors stop les complexes !

TOUJOURS ACTIF

L’opposition entre passif et actif est un des sujets qui traverse le livre Le spectateur émancipé. Depuis Platon, le spectateur qui regarde est considéré comme passif, par opposition à un public actif qui participerait, par dif- férents biais et manières, à l’oeuvre qui se déroule sous ses yeux. Mais en quoi regarder, c’est être inactif ? Re- garder est aussi une action. C’est observer, sélection- ner, comparer, interpréter. Rancière explique ainsi : « Il [le spectateur] lie ce qu’il voit à bien d’autres choses qu’il a vues sur d’autres scènes, en d’autres sortes de lieux. Il compose son propre poème avec les éléments du poème en face de lui. » Regardons en toute liberté !

 

LA MÉDIATION CULTURELLE

Qui sont ces personnes munies d’un badge ou d’un chasuble qui viennent à notre rencontre, dans un musée, une exposition, un parcours artistique, pour venir nous parler d’un tableau ou d’une installation ?

Jean Davallon, dans son texte : La médiation : la communication en procès ?, rappelle la définition commune de la médiation culturelle : « elle vise à faire accéder un public à des oeuvres (ou des savoirs) et son action consiste à construire une interface entre ces deux univers étrangers l’un à l’autre dans le but de permettre une appropriation du second par le premier. »

Cette définition induit une notion fondamentale : la construction d’une relation à l’art.

Ressentir comme évident notre accès aux oeuvres, c’est oublier que nous avons rencontré sur notre chemin des médiateurs et des médiations, diffus ou conscients : des personnes – les médiateurs culturels, mais aussi des outils comme des cartels d’explication et de contextualisation, des cartes mentales, etc.

Plus qu’un rapport de « sachant à ignorant », la médiation s’incarne comme des actions d’accompagnement qui favorisent l’interprétation des oeuvres. On entre alors dans une rencontre, entre l’oeuvre, l’artiste (même s’il est absent) et le public / l’individu, avec une diversité d’expériences.

La médiation culturelle trace en quelque sorte des chemins de traverse, et il n’appartient qu’à tous et chacun de les emprunter ou non, dans le rapport à l’art qu’on cultive en soi.

 

IMAGINE

Dans cette jungle colorée, à la fois abstraite et concrète, il est parfois difficile de s’y retrouver. Et pourtant, un regard glissant peut s’y accrocher parfaitement. Les formes, les ombres et les couleurs affirment leur caractère… et tout devient plus clair. Un détail attrayant, et les inconnus ne sont soudains plus de simples passants. Sur les mêmes notes accordées, tous se mettent à danser. Sur le même rythme endiablé, tous sont liés désormais. Ils y ont succombé ces inconnus, au coup de foudre impromptu. 

Orane Danet

 

TRANSMETTRE

Initier les enfants à l’art paraît parfois fort compliqué. Par quoi commencer ? Est-ce que j’emmène la grande et le petit au musée en même temps ? Quel chemin choisir ?

Marie Sellier est auteure d’une quarantaine de livres sur l’initiation à l’art pour les enfants. Pour elle, tout commence par se décomplexer : « Tout commence par la peur des adultes, cette espèce de trouille de celui qui se sent exclu d’un monde dont les codes lui échappent. Je suis toujours étonnée du nombre de personnes qui me disent : « L’art, je n’y connais rien. » Ou des enseignants qui se rabattent sur le français ou les maths en lieu et place de l’initiation artistique qu’ils craignent de ne pas maîtriser. La démarche, pourtant, est d’abord sensible, ouverte à tous, il suffit d’ouvrir les yeux, sans préjugés. De laisser venir les émotions ».

EN POSITION
Découvrez avec eux. S’approcher, observer les détails, tourner autour de l’œuvre, se mettre à leur hauteur…C’est étonnant comme le point de vue change selon qu’on mesure 1m ou 1m70 ! Lorsqu’il s’immobilise devant une œuvre, laissez-le s’asseoir, s’allonger même. Dans les musées, les parquets sont parfois délicieusement glissants… et accueillants !

C’EST TOI L’ARTISTE
Les enfants ont besoin de toucher, colorier, observer pour se plonger dans l’éveil artistique, et pour s’intéresser à une œuvre d’art qui peut parfois sembler complexe. Ramenez papier et crayons de couleur pour que votre enfant prenne le temps de dessiner les œuvres comme il les voit. Il n’y a rien d’incongru à voir un enfant allongé en train de dessiner.

VOS YEUX ONT LA PAROLE

Ensuite on peut parler à partir d’un détail : un chapeau, un ruban, un personnage, une couleur… « Qu’est-ce qui est pareil ? Qu’est-ce qui est différent ? » Vous pouvez aussi construire, bâtir des hypothèses, des petits morceaux d’histoires avec des : « Peut-être que c’est… » On a le droit de dire : « J’aime pas, je ne ressens rien… ». Tout petit, on peut déjà exercer son esprit critique et dire pourquoi on n’aime pas.

 

DE L’AUTRE CÔTÉ DU MIROIR

Il y a à peu près autant de manières d’aborder la notion de public que d’artistes. Voici quelques citations choisies, pour rire et faire réfléchir.

« Ce sont les regardeurs qui font le tableau » Marcel Duchamp

« Il n’est en art qu’une chose qui vaille : celle qu’on ne peut expliquer » Georges Braque

« Les trois coups. Les projecteurs. Le rideau. J’entre. Qu’est-ce que je vais dire ? Cette fois les choses s’arrangent. Le public a du talent. Ses ondes me portent. Je me lance. » Jean Cocteau

« C’est drôle comme les gens qui se croient ins- truits éprouvent le besoin de faire chier le monde. » Boris Vian

 

Partager cet article  

Mais encore

À LA LUMIÈRE DES BOUGIES

Lorsque l’hiver est là, nous ramenons la lumière et la chaleur dans nos maisons. Autrefois chandelles et lampes à huile,…

À LA LUMIÈRE DES BOUGIES

14/11/2022 | Grand angle
L’arche de Papy Guy

Psst… Papy Guy est de retour avec un nouveau projet !   On ne vous le présente plus, vous connaissez…

L’arche de Papy Guy

17/06/2021 | Grand angle
L’ALSACE MET LE PAQUET

Il est temps d’allumer les lanternes et de déambuler dans les différents Noëls proposés en terre alsacienne, entre traditions magiques…

L’ALSACE MET LE PAQUET

05/11/2021 | Grand angle
SPÉCIAL NEIGE

Sortir… S’aérer l’esprit et le corps, profiter de ce décor à couper le souffle que nous offre notre belle région…

SPÉCIAL NEIGE

07/01/2019 | Actualités, Grand angle
Plonger dans les thermes de Badenweiler…

  Tout public – Thermes et spa En cette période, le froid palpable et les températures qui nous frisent nous…

Plonger dans les thermes de Badenweiler…

Le Kochersberg, quel beau jardin !

… se serait écrié Louis XIV, en découvrant pour la première fois le Kochersberg du haut du col de Saverne….

Le Kochersberg, quel beau jardin !

04/07/2017 | Focus, Grand angle
MARCHÉ DE NOËL OFF

Le rendez-vous de Noël de l’ESS (économie sociale et so- lidaire) revient place Grimmeissen ! Covid oblige, l’année dernière le…

MARCHÉ DE NOËL OFF

05/11/2021 | Grand angle
Le cosmos à hauteur d’enfants

Du 3 au 13 juin, L’Ososphère dépose place du Château et dans la cathédrale le Cosmos District : une base…

Le cosmos à hauteur d’enfants

17/06/2021 | Grand angle
CARIJOU

Au centre de Strasbourg, quartier Gare, le magasin Carijou vend des jouets issus de nos dons à toutes et tous,…

CARIJOU

05/11/2021 | Grand angle
Pâques ou pas cap’ ?

Pour certain·es, Pâque(s) est un jardin où, enfant, l’on cherchait des oeufs en chocolat. Pour d’autres, c’est un gâteau en…

Pâques ou pas cap’ ?

04/03/2019 | Grand angle
TOUS AU CHÂTEAU

La magie de Noël s’installe au château du Haut-Koenigsbourg et sonne le réveil des traditions séculaires. Au pro- gramme :…

TOUS AU CHÂTEAU

05/11/2021 | Grand angle
DANS LA FORÊT PROFONDE

Depuis des millénaires, la forêt traverse nos imaginaires et participe de nos histoires communes. Théâtre de mythes, contes et autres…

DANS LA FORÊT PROFONDE

12/05/2022 | Grand angle
Imagine

Elle a les yeux dans le vague, c’est ce qu’on lui a dit. Mais ça, c’est quand elle réfléchit. Elle…

Imagine

03/09/2021 | Grand angle
ÉLOGE DE LA FARCE

POISSONS D’AVRIL CÉLÈBRES         Archéologie du culot. En 1957, dans le cadre de son émission d’actualités Panorama,…

ÉLOGE DE LA FARCE

23/02/2023 | Grand angle
Planètes alignées

Après les plantes (cf. Bibouille n. 101), pourquoi pas l’astronomie ? C’est que les mois de mars et avril et…

Planètes alignées

26/02/2021 | Grand angle
Le Haut-Koenigsbourg, trésors insoupçonnés…

Pour les amoureux d’Histoire et d’Archéologie… – Accompagnés d’adultes – Le Haut-Koenigsbourg ouvre les portes de sa forteresse pour une…

Le Haut-Koenigsbourg, trésors insoupçonnés…

07/01/2019 | Actualités, Grand angle
« Rêver l’école »

Ce que nos auteurs et autrices complices imaginent quand ils se surprennent à rêver.   GRIMPER AUX ARBRES par Nicolas…

« Rêver l’école »

03/09/2021 | Grand angle
TUTO FUROSHIKI

L’ère du gaspillage est abolie ! Vous voulez réaliser des paquets cadeaux réussis ? Pour emballer de beaux habits, des…

TUTO FUROSHIKI

05/11/2021 | Grand angle