Bibouille

LE BILLET DE VALÉRIE DIETRICH

Publié le 05/11/2021 | Billet d'humeur

LE MONDE DE DEMAIN

Dans son édito Lucie évoque la part de déraison nécessaire au maintien d’un journal papier dans un monde où l’infobésité règne et la dématérialisation est légion.

J’ajouterai à cela que c’est encore plus déraisonnable de porter un titre axé sur les sorties dans un (nouveau) monde où les mots confinement et couvre-feu sont entrés dans le langage courant. Dans un monde où le pass sanitaire est un passeport pour aller vers les autres, avec les autres.

Je ne suis pas là pour lancer une quelconque polémique. Les choses sont ainsi. Mais pour être tout à fait honnête, comme bon nombre d’entre nous, cette crise sanitaire m’a fragilisée psychologiquement et encore d’avantage économiquement.

Maman solo, une enfant en difficulté, un statut précaire d’indépendant c’était déjà une performance de tenir un semblant d’équilibre. Mais avec la COVID le château de sable s’est bel et bien écroulé.

Depuis plus de deux ans je postulais à des emplois salariés. Pour souffler. Pour avoir une protection, un filet de sécurité.
D’abord dans mon domaine, mais rien. Mon âge ? Moi ? À chaque fois j’ai toutes les compétences requises mais rien n’aboutit. Certaines personnes ne se sont même pas données la peine de répondre à mes mails après un entretien. Passons.

J’ai attaqué l’été avec le moral en berne et la peur au ventre : comment me sortir de cette impasse ? Alors j’ai demandé autour de moi s’il y avait des petits boulots de dispo. Partante pour cumuler deux emplois si nécessaire. Puis tout est allé très vite : le Contact Tracing recrute. Je postule. Je suis prise. Soulagement.

Depuis début août j’appelle des gens touchés par la COVID. Nous les accompagnons et tentons de remonter les chaînes de contamination pour endiguer l’épidémie. C’est prenant, parfois éprouvant, mais j’en tire une vraie satisfaction : le sentiment d’agir, de faire quelque chose de concret.

J’essaye au mieux d’aider les gens avec qui je suis au téléphone. Je tente aussi de comprendre « de l’intérieur » comment évolue une épidémie, d’en mesurer les enjeux et les impacts.

Pour quelques mois je me sens un peu plus sécurisée. J’ai un salaire qui tombe à date fixe et j’ai le sentiment d’un peu moins subir la crise sanitaire, du moins d’avoir une petite possibilité d’agir pour que les choses évoluent dans le bon sens.

C’est un CDD court. Très vite je serai confrontée aux mêmes problématiques, mais je savoure cette petite trêve, et qui sait de quoi l’avenir sera fait !

Partager cet article  

Mais encore

Le billet de Valérie Dietrich

Ma fille avait deux ans lorsqu’elle m’a dit qu’elle ne souhaitait plus porter de jupe, ni de robe. Aujourd’hui elle…

Le billet de Valérie Dietrich

30/12/2020 | Billet d'humeur
Questions de fille(s)

L’édito de Valérie Dietrich Paru dans Bibouille #68   Depuis ma sortie de cette période de l’enfance où je me…

Questions de fille(s)

19/05/2015 | Billet d'humeur
Tant va la cruche à l’eau…

Je sais rarement à l’avance ce que je vais raconter. De quoi va parler mon prochain billet. Ce n’est qu’au…

Tant va la cruche à l’eau…

11/01/2018 | Billet d'humeur
Le billet de la fille de Valérie Dietrich

Salut, Je suis la fille de Valérie qui écrit habituellement ce billet d’humeur. D’ailleurs quand ma mère me lit les…

Le billet de la fille de Valérie Dietrich

26/02/2021 | Billet d'humeur
L’urgence de ne rien faire

Les vacances s’accompagnent de l’entrée dans un espace-temps bien particulier, propice au « rien faire ». Le professeur s’intéresse –…

L’urgence de ne rien faire

05/08/2014 | Billet d'humeur
Infantilités croisées

Sites Internet, médecins, télévisions, affichages urbains, supérieurs hiérarchiques… Ce coup-ci, le Professeur avoue qu’il n’en peut plus de voir et…

Infantilités croisées

11/03/2015 | Billet d'humeur
Des comptines belles et rebelles

Quand la folie du politiquement correct aura transformé notre monde en champ aseptisé et les enfants en produits pasteurisés, le…

Des comptines belles et rebelles

06/06/2014 | Billet d'humeur
Maxime

J’ai si mal. Un jour sombre tu m’as écrit : « aujourd’hui je me suis lavé avec mes larmes ». Depuis une…

Maxime

31/12/2019 | Billet d'humeur
Un trop plein de réalités ?

  Nous sommes fin décembre et à la différence des autres années je n’éprouve ni réelle excitation ni soulagement à…

Un trop plein de réalités ?

26/02/2016 | Billet d'humeur
Épilogue ?

Le 8 mars dernier, ma fille a repris les cours le cœur lourd. Retour au collège après une trêve de…

Épilogue ?

17/06/2021 | Billet d'humeur
Une partition mouvementée

Après avoir essayé de vous convaincre de mettre vos enfants au repos, le professeur s’intéresse de plus près au mot…

Une partition mouvementée

22/09/2014 | Billet d'humeur
La nostalgie tarifiée

Depuis pas mal de temps, le Professeur Ouille se demande ce qui pousse notre société à survaloriser un passé abusivement…

La nostalgie tarifiée

30/12/2014 | Billet d'humeur
Mon collège idéal

Le billet de le fille de Valérie Dietrich Ça y est j’ai trouvé l’école rêvée ! Un collège où la…

Mon collège idéal

07/09/2021 | Billet d'humeur
Tous ces « faut-il ? »

En matière d’éducation, il est toujours dangereux d’écouter la parole d’un professeur, aussi Ouille fut-il. Car élever des enfants revient…

Tous ces « faut-il ? »

21/11/2014 | Billet d'humeur
Le billet de Valérie Dietrich : « Ce n’est que le début »

« Ce n’est que le début » Apparemment « ce n’est que le début » et pourtant je me sens déjà démunie. L’adolescence me dit-on,…

Le billet de Valérie Dietrich : « Ce n’est que le début »

05/03/2020 | Billet d'humeur